Violaine Vieillefond

  • EAU TANT EN EMPORTE LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORTE LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORTE LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORTE LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORTE LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORTE LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORTE LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORTE LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORTE LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORTE LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORTE LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORTE LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORTE LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORTE LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORTE LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORTE LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORT LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORT LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORT LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORT LA COULEUR
  • EAU TANT EN EMPORT LA COULEUR

renaissance(s)  du 24 Mars au 14 Mai 2016 VERNISSAGE le jeudi 24 Mars à partir de 18h

renaissance(s)

Ces toiles de Violaine pourraient avoir surgi des vasques des fontaines écrasées de soleil, mais aussi des printemps, celui d'aujourd'hui comme ceux du passé qui ont nourri les troncs des très vieux arbres.

Toiles nées d'un voyage, de longues perspectives sous un ciel majestueux, de façades de palais et de colonnades déroulées à l'infini. Jusqu'à de lointains paysages, trop lointains aux yeux éperdus de l'artiste.

Mais c'est dans cet espace mouvant que la peinture s'imposa brusquement, sans ombres, sans détours, avec ses roses fiévreux et ses bleus mystiques. Sous la poussière d'or des anciens maîtres la nature tremble et frémit à nouveau.

C'est la coulée vivante, le souffle du désir dont la forme s'échappe devant nos yeux avides, la forme insaisissable qui n'est que la lumière qui effrite les pierres, les ressacs de l'écume d'un ciel éblouissant entre les cris d'enfants. Mais que serait l'azur sans l'espace et le vent, sans les froissements d'ailes, sans l'éclat des sources ou de ces lents courants qui reflètent les feuilles les mousses et l'écorce des arbres aux crêtes hautes...

Les chevelures des anges dansent sous les miroirs, comme une algue s'enroulant dans les yeux du rêveur. Ces chemins abolis des forêts de légendes que nous retrouvons, et leurs métamorphoses de l'aube au crépuscule.

Telle une arche, la toile n'est pas la fenêtre, celle de Matisse sur un monde enivré, mais la porte d'un temple invisible dont les voûtes résonnent du murmure de l'eau sinueuse des sources qui le traversent, où les pétales brûlent la neige de ces fonds blancs, tantôt lisses tantôt bosselés, dont la matière sillonnée de subtils reliefs s'échappe et joue librement entre les taches et les courbes des coulures, vertes, turquoises, roses, et parfois même orange, la teinte flamboyante des icônes, de l'enfance renaissante qui déchire le soleil de ses ailes d'argent.

Maryse SAVALLE

 

Vous êtes ici : Home LES ARTISTES Violaine Vieillefond Violaine Vieillefond 2016